La fédération Histoire & Origines

L’histoire du massage à travers les âges est extraordinaire tant elle est ancienne et multiculturelle

C’est la forme de soin du corps la plus simple, la plus instinctive, qui s’est développée jusqu’à devenir des protocoles de santé naturelle des plus sophistiquées. Que ce soit en Extrême Orient ou en Orient avec les découvertes énergétiques et thérapeutiques des médecines traditionnelles, dans l’antiquité Grecque et Romaine avec leurs célèbres thermes, et jusqu’à nous en Occident avec les débuts de la kinésithérapie et ses dérivés.

L’étymologie du mot « Massage » a plusieurs origines qui se mêlent :

« mass’h » en langue arabe signifie frotter doucement
« massesh » en langue hébraïque peut être traduit par le verbe palper
« massein » en grec ancien, veut dire pétrir avec les mains
« manas » en latin, évoque les mains, etc.

Il faut attendre le XIXe siècle pour que le terme « massage » soit adopté en France, puis dans tout l’occident pour définir l’action de frictionner, pétrir, malaxer, apporter des soins avec les mains.

Les origines du massage remontent à la nuit des temps car on a trouvé des peintures rupestres datant de 15000 ans !

D’abord transmis oralement, les précurseurs seraient les INDIENS avec les massages AYURVEDIQUES il y a plus de 6000 ans et les premiers écrits datant de 3000 ans av. JC.

Le médecin SUSUTA perpétue par l’« AGAR VETA » les massages hygiéniques du Ve au VIIIe siècle.

En Chine, il y a 5000 ans apparaissent les premières médecines régulatrices d’énergie par les points d’acupuncture sur les pieds.

En 2700 et 1700 ans avant JC, différents traités et encyclopédies sont dédiés à l’art du massage : le « TUINA » est une des 5 médecines chinoises toujours pratiqué et enseigné dans un hôpital célèbre à SHANGAI.

Par les moines bouddhistes, ces techniques se propagent en s’enrichissant vers d’autres cultures asiatiques dont la THAILANDE donnant le massage THAI, le « NUAD BO’RAM » vieux de 2500 ans, et le JAPON développant le « AMMA » créé par des masseurs aveugles au 9ème siècle. Le SHI-ATSU est arrivé bien plus tard, ainsi que d’autres techniques voisines au Tibet, Hawaï, Laos, Cambodge, etc.

En Occident, la pratique du massage date de l’époque GRECO-ROMAINE.

La culture de l’harmonie du corps influence les différentes médecines de l'époque très liées à la religion mythologique.

En GRECE, HOMERE, au XVIIIe av JC, évoquait l’huile comme adjuvant au massage.

PLATON (philosophe) et HIPPOCRATE (médecin, 460-377 av. JC) enseignaient des techniques de massage.

Le culte du corps par l’éducation physique, faisait se pratiquer le massage à tous les niveaux de la société, du patricien à l’esclave, en préparation et après les épreuves des gladiateurs sous la responsabilité des « PEDOTRIBES » masseurs-kinésithérapeutes de l’époque, déjà en conflit avec les médecins pour la légitimité des connaissances anatomiques !

Les ROMAINS, largement inspirés par le savoir médical Grec, construisirent des thermes impressionnants où 3000 personnes pouvaient se baigner et se faire masser.  Ça laisse rêveur… mais ces thermes devinrent des lieux de débauche que Constantin 1er (272-337) fera fermer.

PLINE, JULES CESAR, se faisaient régulièrement masser pour soulager leurs douleurs.

GALIEN célèbre médecin et pharmacien, considérait le massage comme technique indispensable à pratiquer et son influence persistera en France et en Italie jusqu’au XVIIIe siècle.

Au Moyen-Orient et particulièrement en EGYPTE, on trouve des fresques murales dans la tombe d’un médecin à SAQQARAH datant de 2330 av. J.C où des séances en réflexologie plantaire sont dépeintes.

En PERSE, AVICENNE (980-1035 après JC), grand philosophe, scientifique et médecin très influent à son époque, traducteur d’HIPPOCRATE et de GALIEN, et admirateur d’ARISTOTE crée une œuvre majeure : « les canons de la médecine » qui servira de base à la médecine européenne que les croisés ramenèrent du XIIe au XVIIe et furent traduits en hébreux et en latin et enseignés en Belgique jusqu’en 1909.

Il spécifiait déjà que le but du massage est de « disperser les matières usées trouvées dans les muscles qui ne sont pas éliminées par l’exercice ».

En Occident, au XVIII et XIX siècle, le massage arrive en EUROPE et bouscule les culpabilités religieuses grâce aux travaux du suédois PER HENRIK LING, médecin et escrimeur, qui créera le MASSAGE SUEDOIS, fort de ses connaissances en physiologie et de ses techniques manuelles : synthèse des techniques chinoises, égyptiennes, grecques et romaines.

Le premier collège fut fondé à STOCKHOLM en 1813 et des établissements thermaux fleurirent partout en Europe établissant sa notoriété.

En France, en 1889, l’EPFOM, Ecole Française d’Orthopédie et de Massage, fut la première école de gymnastique médicale et de massage hygiénique fondée par des médecins à Paris et sera à l’origine des écoles de Kinésithérapie (1946).

A la fin du XIXe, l’ostéopathie se développe en Angleterre et aux USA. Cela amène aux massages NEO-REICHIEN vers 1960 et ESALEN en 1963.

Enfin, le massage CALIFORNIEN est créé dans les années 1970 par MARGARET ELKE dérivant du massage Esalen mais plus doux et en ressentis intérieurs et émotionnels.

Dans la plupart des pays orientaux où le massage est culturel, la question de légiférer cette discipline ne se pose pas car elle est évidente. 

En Occident, certains pays ont développé une réelle qualité d’enseignement, ainsi les massages sont pratiqués en complément ou en prévention avec le corps médical (USA, Canada, Suisse, Allemagne, Mexique, etc.).

Récemment, nous assistons à un fort intérêt et développement de cette activité : du massage bien-être à la massothérapie.

Actuellement, plus de 70 techniques sont pratiquées à travers le monde. Les vieux schémas et croyances désuètes se dissipent peu à peu pour faire place à des massages réalisés par de vrais professionnels pour le bien fondé de cette pratique et …le bien-être de tous !